Dépendances

"Sortir des sentiers battus": pratiques prometteuses auprès d'adultes dépendants

Le projet "Ma Vie, j'en fais mon affaire!" fait l'objet d'un chapitre dans un ouvrage collectif à paraître cet automne.

Dans le domaine de l’intervention en dépendance, des intervenants et gestionnaires innovent en développant des pratiques qui aspirent à améliorer la qualité des interventions auprès des adultes dépendants ou à risque de le devenir. Ces pratiques, souvent méconnues des autres acteurs du champ de l’intervention, méritent pourtant d’être recensées, valorisées et diffusées. C’est l’objectif de l’ouvrage collectif « Sortir des sentiers battus », à paraître cet automne, aux Presses de l’Université Laval. 

Ce recueil de pratiques innovantes entend aussi transmettre la passion de l’intervention auprès des personnes affectées par un problème de dépendance. Le lecteur sera témoin de l’enthousiasme des auteurs pour leurs projets, de l’expertise qu’ils ont su développer pour les mettre en œuvre et des suggestions qu’ils mettent en avant pour en favoriser l’implantation dans d’autres milieux. 

Au cours de l’année 2012, l’équipe de Dianova au Canada a participé à la rédaction de cet ouvrage collectif dont la conception était animée par un comité de coordination de l’Université du Québec à Trois-Rivières (Québec – Canada). La contribution de l’équipe portait sur le projet « Ma vie, j’en fais mon affaire ! » mis en œuvre durant plusieurs années au profit des jeunes à risques de la région de Montréal. Finalement retenu par le comité de coordination, le chapitre comprend un court historique du développement du projet, les fondements théoriques qui le soutiennent, une description de son déroulement, des témoignages, ainsi qu’une description des « conditions gagnantes » afin éventuellement d’aider à répliquer le projet. 

« Ma Vie, J’en fais mon Affaire ! » : un programme de promotion de la santé

Un grand nombre d’adolescents et de jeunes adultes cherchent à donner davantage de sens à leur vie en mettant celle-ci à l’épreuve. Il en résulte d’importantes prises de risques dont les formes les plus communes sont les fugues, l’errance, les violences de tous ordres, ainsi que l’abus d’alcool et d’autres drogues. Il souvent difficile d’apporter des réponses à ces jeunes. D’abord parce qu’ils sont souvent rebelles à toute forme d’autorité, mais aussi parce que ces prises de risques répondent chez eux à une quête de sens qui vient nourrir un sentiment d’ambivalence vis-à-vis de ce qu’ils vivent. 

En collaboration avec Santé Canada et avec des organismes partenaires de première ligne, le projet vise d’abord à réduire l’ambivalence vécue par ces jeunes en leur offrant un séjour leur permettant de faire une pause, de respirer et de réfléchir sur leur vie dans un environnement calme, éloigné du stress de leurs conditions de vie. L’objectif du projet est au bout du compte d’amener ces jeunes à risques vers de modes de vie plus sains par le développement de compétences et d’habiletés dans les domaines des relations interpersonnelles, de l’estime de soi, de la gestion de la colère et du stress, ainsi que par une meilleure connaissance des psychotropes et des problématiques associées. 

Au cours de la seule année 2012, 17 groupes ont été animés, pour 129 participants et 33 intervenants d’organismes partenaires. Le taux de rétention a été de 96%